Licence Pro Masertic

C’est un retour un peu prématuré que je fais là puisque mon année n’est pas tout à fait finie. Je viens d’avoir six mois de cours et je m’apprête à faire six autres mois de mission longue en entreprise. Mais a priori, sauf une faute professionnelle de ma part, rien ne devrait empêcher l’obtention de cette Licence Pro qui me permettra d’accéder à la dernière marche de mon plan diabolique. Feedback.

Reprise Licence Pro

Inscription dans les Universités.

Fin Février – Début Mars 2016, il a fallu choisir ma Licence et postuler dans les universités. Il n’est pas forcément évident de faire le tri parmi l’offre universitaire.

J’avais aussi d’autres contraintes à prendre en compte comme la localisation, le budget. Et le plus important : Une formation en alternance !

Le choix de l’alternance sonne pour moi comme une évidence au regard de mon parcours scolaire et des bénéfices que cela apporte (Source de revenus et expérience.)

L’alternance offre la possibilité d’allier la formation théorique à la réalité de l’entreprise. Deux éléments complémentaires et indispensables.

Pour en revenir au sujet, j’ai donc postulé à 4 universités : Évry, Tours, Sénart et La Rochelle.

Au regard de mon expérience, j’ai finalement été retenu sans difficulté à l’IUT d’Évry et de La Rochelle.

Recherche d’entreprise.

Il a fallu trouver une entreprise. Lettre de motivation et CV personnalité sont de mise ! Ça tombe bien, j’en avais déjà pas mal sous la main dû à ma recherche de stage de fin de DUT.

CV Yann Licence Pro

D’ailleurs mon entreprise d’accueil pour le stage était prête à me prendre en alternance dans le cadre de ma Licence. Mais mon souhait était alors d’évoluer dans une entreprise plus grande et dans un vrai service communication plutôt que dans une PME comme je l’avais toujours fait jusque-là.

Principale difficulté dans cette recherche d’entreprise : Faire accepter à l’employeur un contrat de professionnalisation (Qui apporte moins d’avantages que le contrat en alternance et un employé qui va leur coûter plus cher qu’un jeune de 20 ans : un SMIC).

Cela ne m’a pas empêché d’avoir des touches intéressantes chez Alcatel, Fraikin, chateauxhotels ou encore le BNIC…

J’ai finalement choisi (Et vice versa) le BNIC, que j’ai pu rencontrer grâce à un meeting élèves-entreprises à l’IUT de La Rochelle. Cette entreprise est celle qui me correspond le mieux en termes de structure et de missions. Vous comprenez donc que j’ai également choisi l’IUT de La Rochelle pour ma Licence.

La licence Pro Marketing Digital : Programme, planning de l’alternance.

En ce qui concerne l’alternance, il s’agit d’une formation qui se déroule de Septembre à Février avec un planning de 15 jours en entreprise et 15 jours de cours à l’Université, suivi d’une mission longue en entreprise de Février à Août.

Cette Licence, de son nom long : Marketing des Services et Technologies de l’Information et de la Communication est orienté webmarketing et comporte les matières suivantes :

  • E-marketing,
  • Communication digitale,
  • Marketing international,
  • E-mailing,
  • E-grc,
  • Multimédia,
  • Infographie,
  • Création de sites web,
  • Économie numérique,
  • Droit de l’internet,
  • Marketing mobile,
  • Social media,
  • Anglais,
  • Référencement naturel,
  • Google analytics,
  • Business game,
  • Projet tutoré…

…et est ponctuée de plusieurs conférences tout au long de la formation.

Bon, disons-le, six mois ça passe vite et ça ne laisse pas le temps d’explorer en profondeur chacune de ses matières. Celles-ci sont largement survolées, laissant parfois une impression de trop peu. Mais encore une fois, cela justifie mon choix d’une formation en alternance.

Pas de partiel, en alternance, nous sommes notés en contrôle continu. Les notes sont quasiment composées de TD de groupe qui représente aussi bien un avantage qu’un inconvénient pour des raisons facilement identifiables.

Mon année en Licence Pro Marketing Digital

Les six premiers mois en entreprise.

Il est un peu tôt pour faire un bilan de cette expérience, donc ce paragraphe va être assez court.

Tout d’abord les missions au sein de l’entreprise correspondent à celles que je recherchais : Chef de Projet en charge de repenser la refonte du site internet, intranet et extranet.

La taille de l’entreprise (150 employés) correspond aussi à mes attentes. Les conditions de travail sont très bonnes, il n’y a rien à signaler de ce côté-là.

Je suis ravi d’évoluer dans une vraie équipe de communication et j’apprends beaucoup de ma directrice de communication qui est elle-même issue du digital.

J’apprends également à structurer mon travail de manière professionnelle et à travailler en équipe. Une notion qui me manquait puisque j’ai jusqu’alors soit était autodidacte dans mon apprentissage du digital, soit évolué, dans des petites structures.

Le seul inconvénient est justement lié à ce dernier point. Dans une petite entreprise, on est libre de faire un peu ce qu’on veut. Notre champ d’action est plus large et les processus de validations plus rapides. Ici c’est l’inverse. Chaque étape prend énormément de temps et mon champ de compétence est restreint, car il est lié qu’à un seul projet. Mais au moins j’apprends à bien faire les choses et il n’y a pas de doutes que cette expérience sera une belle ligne sur mon CV.

Il me reste six mois à faire en entreprise et j’ai encore des tas de choses à apprendre !

Next step : Le master

Nous sommes en Février 2017, et il va être temps de choisir ma poursuite d’étude. Université ? École de commerce ? Master, Mastère, Master Pro ?

Mais cela fera l’objet d’un prochain article ! À bientôt !

Share:
Written by Yann
Je m’appel Yann ! J’ai vécu en Thaïlande pendant 18 mois où j’ai pu y faire une école de langue pendant 1 an pour apprendre les rudiments de la langue thaïe. J’ai depuis repris des études en France dans le secteur du digital dans le but de m’expatrier là-bas. Amoureux de l’Asie du Sud-Est, vous l’aurez compris, les thèmes tourneront autour de ma reprise d’étude, mon parcours professionnel et du dépaysement.